Le Saumon Atlantique

Famille : Salmonidés

Salmo salar

Aspect : corps fusiforme, nageoire caudale large (le saumon est fait pour nager rapidement).
Noms locaux : parr (juvéniles) ; smolt, tocan, tacon ; madelaineau, castillon (saumon de première montée)

Couleur : l’adulte possède un aspect métallique : dos bleuté, flancs argentés et ventre blanc, lorsqu’il arrive de la mer. Les jeunes sont plus colorés avec des points rouges et bruns ainsi que des « empreintes de doigts » brun-clair sur les flancs.

Taille : si les gros saumons d’hiver atteignent parfois le mètre et une vingtaine de kilos, les poissons qui effectuent leur première montée ne dépassent guère 50 à 60 cm pour 2 à 4 kg. Dans le Calvados un des meilleurs fleuve qui compte de belles remontées est très certainement la VIRE, mais les autres fleuves comme l’Orne, la Dives et la Seulles font également l’objet de couloir de montaison.

C’est un migrateur qui naît en rivière et passe sa phase de croissance en mer, au large du Groënland et des îles Féroé. Au terme de leur croissance, les organes reproducteurs se développent et les poissons entament leur migration de retour vers les côtes.

Suivant des routes marquées par les étoiles puis par l’odeur ( Olfaction ) ces poissons retrouvent leur rivière natale. Au moment de la reproduction, le mâle se pare de couleurs vives (ponctuations rouges et brunes) et l’extrémité de sa mandibule se courbe en crochet (bécard ou rostre). Après la ponte, les poissons se laissent dévaler vers la mer. Les plus faibles meurent (charognards), les autres (ravalés ou saumons de descente) repartent en mer avant de revenir pour un ou plusieurs autres cycles de reproduction.
POISSONS MIGRATEURS SUR LISTE ROUGE. Truites de mer lamproies, aloses et autres migrateurs ont emprunté ces routes de migration pour accomplir ce voyage qui pour certains sera le dernier. Le saumon est l’un de ces voyageurs, puissant majestueux recouvert de ces plaques nuptiales de couleurs pourpres il est le plus grand le plus fort mais aussi le plus vulnérable car ses voyages sont comptés, il disparaît comme beaucoup d’autres espèces de poissons.À partir du XIXe et tout au long du XXe siècle, un second épisode majeur de diminution des stocks de saumons atlantiques est observé. Il coïncide avec le développement du progrès industriel dont les externalités négatives (multiplication des seuils et barrages, pollutions industrielles et urbaines, destruction des habitats par dragage, curage et canalisation des rivières, la SURPÊCHE) sont pointées par les naturalistes comme les causes majeures du dépeuplement des cours d’eau . La qualité de l’eau est un de ses moyens de survivre. Mais malgré cela s’il le peut encore, il affrontera ce que nous avons laissé comme pollution derrière nous depuis de nombreuses années pour continuer à accéder a ses lieux de reproduction. QUI SAUVE LE SAUMON SAUVE L’HOMME !!

L’ Anguille